* * * Forum Catholique * * *

*** Liturgie Monastique à domicile ***
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ***Forum RELIGIONS***  
* * * Bienvenus sur ce forum dédié uniquement à la prière liturgique et à l'enseignement de l'Eglise Catholique . * * *
* * * Vous êtes invités à vivre à votre domicile, les divers offices monastique * * *
Bonjour, pour un débat entre les religions vous êtes invités sur le site : * * * WWW.FORUM-RELIGIONS.COM * * *

Partagez | 
 

 HEURE SAINTE DU JEUDI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandrine
Membre
Membre
avatar

R E L I G I O N : Catholique Romaine
Messages : 764
Date d'inscription : 07/09/2009
PAYS : Au Nord

MessageSujet: HEURE SAINTE DU JEUDI   Mer 9 Sep - 19:30

A. Qu'est-ce que l'Heure Sainte?

La pratique de l'Heure Sainte a été enseignée à Sainte Marguerite-Marie, au XVIIème siècle, à Paray-le-Monial, par Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même en ces termes :
« Toutes les nuits du jeudi au vendredi, je te ferai participer à cette mortelle tristesse que j’ai bien voulu sentir au jardin des Olives ; laquelle tristesse te réduira, sans que tu la puisses comprendre, à une espèce d’agonie plus rude à supporter que la mort. Et pour m’accompagner dans cette humble prière que je présentai alors à mon Père parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit,
pour te prosterner une heure avec moi, la face contre terre, tant pour apaiser la divine colère, en demandant miséricorde pour les pécheurs, que pour adoucir en quelque façon, l’amertume que je sentais à l’abandon de mes apôtres, qui m’obligea à leur reprocher qu’ils n’avaient pu veiller une heure avec moi, et pendant cette heure tu feras ce que je t’enseignerai. »
Les caractères propres de l'Heure Sainte sont donc parfaitement définis par le Sacré-Cœur de Jésus : il s'agit d'un exercice de dévotion dans lequel,
a) pendant une heure,
b) par l'oraison mentale et par des prières vocales,
c) on s'unit aux tristesses que Jésus ressentit lors de la Sainte Agonie,
d) on implore miséricorde pour les pauvres pécheurs,
e) on cherche à apaiser la justice divine,
f) et on console le Sauveur de l'ingratitude et de l'abandon des siens.
L'Heure Sainte ne se confond donc pas avec l'adoration du Saint-Sacrement: son objet propre c'est le mystère de Gethsémani, et pas directement la Sainte Eucharistie. Même si on peut avoir du profit à la pratiquer à l'église, devant le tabernacle ou devant le Saint-Sacrement exposé, cela n'est pas du tout une condition obligatoire: Sainte Marguerite-Marie la faisait dans sa cellule, prosternée à terre devant son Crucifix, et non dans la chapelle du monastère ou dans un oratoire.
Elle se distingue aussi de l'adoration parce qu'elle est un temps de supplications et d'intercessions adressées au Père céleste pour obtenir la conversion et le salut des pécheurs; et c'est aussi un temps consacré à des prières de réparation adressées à Notre-Seigneur Jésus-Christ pour le dédommager de la solitude amère dans laquelle l'ont laissé ceux qui eussent dû veiller une heure avec lui et s'étaient assoupis au lieu de l'entourer et de le soutenir par la ferveur de leur amour.
Notre-Seigneur demandait à Sainte Marguerite-Marie de la faire toutes les nuits du jeudi au vendredi de onze heures à minuit (mais il exigeait qu'elle ait pour cela la permission de sa supérieure). Si l'on peut, sans dommage pour sa santé ou pour son devoir d'état, faire l'Heure Sainte de la même manière, c'est évidemment très bien. Cependant la Sainte Église, tant pour permettre à davantage de fidèles de la pratiquer que par une sage prudence, a permis qu'on puisse la faire à un moment plus avancé de la soirée.
Les Papes ont encouragé sa pratique et ils ont élevé la "Confrérie de l'Heure Sainte" au rang d'archiconfrérie qu'ils ont enrichie de précieuses indulgences : les membres de l'archiconfrérie peuvent ainsi obtenir une indulgence plénière chaque fois qu'ils font l'Heure Sainte (selon les conditions habituelles). Les personnes qui veulent faire partie de "l’Archiconfrérie de l'Heure Sainte" doivent se faire connaître au Monastère de la Visitation de Paray-le-Monial. Les registres où sont inscrits les noms des associés sont conservés dans la cellule de Sainte Marguerite-Marie, convertie en oratoire.
Certaines personnes se sont demandées comment Notre-Seigneur pouvait être consolé dans son agonie par des prières de réparation et d'amour faites par des âmes vivant sur terre plusieurs siècles après qu'elle a eu lieu. Le Pape Pie XI, dans son encyclique "Miserentissimus Redemptor"(8 Mai 1928) consacrée au devoir de réparation que l'on doit au Coeur de Jésus, a expliqué :
« Ce sont les péchés et les crimes des hommes commis en n’importe quel temps qui ont causé la mort du Fils de Dieu ; ces mêmes fautes, maintenant encore, sont de nature à causer la mort du Christ, dans les mêmes douleurs et les mêmes afflictions, puisque chacune d’elles est censée renouveler à sa manière la Passion du Seigneur (…).
« Que si, à cause de nos péchés futurs, mais prévus, l’âme du Christ devint triste jusqu’à la mort, elle a sans nul doute, recueilli quelque consolation, par prévision aussi, de nos actes de réparation alors "qu’un ange venant du ciel lui apparut" (Luc XXII, 43), pour consoler son Cœur accablé de dégoût et d’angoisse.
« Ainsi donc, ce Cœur Sacré incessamment blessé par les péchés des ingrats, nous pouvons maintenant et même nous devons le consoler d’une manière mystérieuse mais cependant réelle »
Pour terminer cette présentation, citons encore les paroles de Notre-Seigneur à sa confidente de Paray-le-Monial au sujet de son agonie de Gethsémani:
« C’est ici où j’ai plus souffert intérieurement qu’en tout le reste de ma Passion, me voyant dans un délaissement général du Ciel et de la terre, chargé de tous les péchés des hommes. J’ai paru devant la sainteté de Dieu qui, sans égard à mon innocence, m ‘a froissé en sa fureur, me faisant boire le calice qui contenait tout le fiel et l’amertume de sa juste indignation ; comme s’il eût oublié le nom de Père, pour me sacrifier à sa juste colère. Il n’y a point de créature qui puisse comprendre la grandeur des tourments que je souffris alors. C’est cette même douleur que l’âme criminelle ressent, lorsqu’elle paraît devant le tribunal de la Sainteté divine qui s’appesantit sur elle, la froisse et l’opprime et l’abîme en sa juste rigueur. »


B. POUR AIDER A LA PRATIQUE DE L'HEURE SAINTE.

Première partie : le mystère de la sainte Agonie.

Introduction
Nous proposons ici des points de réflexion qui peuvent aider à mieux pratiquer l'Heure Sainte. Ce ne sont que des énoncés, des espèces de schémas, et non pas des méditations toute faites qu'il faudrait s'astreindre à suivre scrupuleusement. Ils ont une valeur indicative, comme une sorte de canevas sur lequel l'âme de chacun reste libre de broder sa prière personnelle, comme une trame sur laquelle l'amour et la ferveur de chacun pourront développer une communion intime et tout à fait personnelle au mystère de la Sainte Agonie de Notre-Seigneur.



Chapitre I - Les faits.

a) Jésus vient d'instituer la Sainte Eucharistie et de donner la communion à ses apôtres (même à Judas, qui est ensuite parti pour accomplir sa trahison).
b) Après avoir récité les hymnes d'action de grâces, il part avec les onze vers le Mont des Oliviers.
c) Il les laisse à l'entrée du domaine de Gethsémani, sauf Pierre, Jacques et Jean qu'il fait entrer avec lui.
d) Le nom de Gethsémani signifie: "pressoir d'huile".
e) L'âme de Jésus est soumise à une pression terrible; elle est submergée par l'effroi et le chagrin.
f) "Mon âme est triste jusqu'à la mort! Demeurez ici et veillez avec moi."
g) Tombant à genoux, Jésus supplie son Père: "S'il est possible, que ce calice s'éloigne de moi..." Il répète cette prière avec angoisse.
h) Revenant vers ses apôtres de prédilection, il les trouve assoupis: "Pourquoi dormez-vous? Veillez et priez afin de ne pas entrer en tentation! L'esprit est prompt, mais la chair est faible..."
i) Retournant à l'écart, sa prière se fait plus instante: "Toutes choses vous sont possibles, ô mon Père: éloignez de moi ce calice... Cependant que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse mais la vôtre!"
j) Il revient vers ses trois élus et les trouve encore endormis. Ceux-ci ne savent que lui répondre.
k) Il les laisse et reprend sa supplication douloureuse, prosterné contre terre.
l) Un ange lui apparaît pour le réconforter.
m) Une sueur de sang l'inonde, et les gouttes en tombent jusqu'à terre.
n) Enfin venant une troisième fois vers ses apôtres, il leur dit: "Voici l'heure où le Fils de l'homme est livré aux mains des pécheurs... Il est tout proche, celui qui me livre..."


Chapitre II - "Mon âme est triste jusqu'à la mort".


a) Ces paroles ne sont pas exagérées. Notre-Seigneur n'aurait pu sans mourir porter l'accablement dont son âme est inondée, s'il n'avait eu à ce moment un secours tout spécial de sa divinité.
b) La tristesse submerge non seulement sa sensibilité et son imagination mais elle a aussi envahi son intelligence et sa volonté.
c) Cette tristesse est faite de dégoût, de découragement, d'abattement, d'ennui profond, de chagrin, d'amertume, de crainte, d'épouvante et d'angoisse.
d) Cet accablement de l'âme est tel qu'il l'abat physiquement: Jésus tombe à terre, les forces lui manquent et il chancelle.
e) L'angoisse est si grande qu'elle lui fait suer le sang en abondance.
f) Cependant ce n'est que parce qu'il le veut que ces sentiments prennent de l'empire sur lui. Sa sainte âme reste, même alors, en possession de la vision béatifique; seulement il en retient les rayons et les joies, pour la livrer tout entière à la peine.




Chapitre III. Causes et fins de la sainte Agonie.


a) C'est par amour pour nous et pour notre salut que Jésus est à Gethsémani.
b) Jésus contemple le tableau terrible de la déchéance humaine: il voit la totalité des péchés des hommes de tous les temps, avec tous les détails de leur révolte contre l'ordre voulu par Dieu, avec toute la profondeur de leur malice qui s'oppose à l'amour divin...
c) Il ne voit pas "les péchés en général" comme une masse indistincte et informe, mais il connaît chacun avec précision, tel qu'il est en face de la redoutable sainteté et justice de Dieu.
d) Il voit aussi cette sainteté divine offensée, méprisée dans l'amour pourtant infiniment grand et infiniment délicat qu'elle a déployé pour chacun de nous.
e) La justice divine ne peut laisser toutes ces révoltes impunies : ce serait en effet un grand désordre, incompatible avec les perfections divines.
f) Jésus connaît aussi toute l'ampleur et tout le détail des châtiments réclamés par la divine justice.
g) Il sait que l'homme est dans l'impuissance absolue de payer sa dette, de se justifier.
h) Il s'est incarné, il est venu en ce monde pour cette oeuvre de justice.
i) Il prend sur lui tous les péchés du monde: véritablement il se substitue à l'ensemble et à chacun des pécheurs; il endosse la responsabilité et la malice de toutes nos fautes.
j) Il paraît vraiment aux yeux de son Père comme le "pécheur universel": "Lui qui n'avait pas connu le péché, il a été fait péché pour nous" (2 Cor. V, 21).
k) Il y a une incompatibilité absolue entre la sainteté et la perfection de Jésus et cette prise en charge, cette appropriation de toute la laideur de nos péchés.
l) Celui qui est la sainteté, l'innocence, la pureté, la rectitude, la vérité, l'humilité, la charité, est identifié au péché, à la souillure, à la dépravation, au blasphème, au mensonge, à l'orgueil, à l'avarice et au crime... Il y a en sa propre personne un épouvantable conflit entre toutes ces perfections qu'il est et toutes les dépravations qu'il assume.
m) Lui qui ne cesse pas d'aimer son Père et d'être aimé de lui, il accepte de paraître souillé devant lui et d'être dans la position de ceux qui sont coupés de l'amour divin.
n) Le Christ s'engage à payer la dette du péché dans sa totalité, et donc à porter toute la rigueur de la justice de son Père. Pécheur universel, il est aussi pénitent universel.
o) Comme il ne cesse pas d'être justice et vérité, il réclame contre lui-même le châtiment de l’offense faite à l’amour de son Père.
p) « Voici l’Agneau de Dieu qui porte et qui enlève le péché du monde »
q) Jésus satisfait pour tous et pour chacun; il obtient le pardon pour tous : pas un seul homme n'a été exclu de sa prière, des intentions de son sacrifice et de son amour.
r) Il a vu en son agonie tous ceux qui profiteraient des grâces de salut obtenues par son sacrifice, et cela l'a consolé, mais aussi toutes les âmes qui les refuseraient, et cela a ajouté à sa douleur.



Chapitre IV. Fruits de la sainte Agonie.


a) L'exemple de Notre-Seigneur nous montre par des faits terribles, comme l'est la sueur de sang, ce qu'est la laideur du péché.
b) Nous devons puiser ici la grâce d'avoir une véritable horreur du péché.
c) Nous demandons d'éprouver une contrition très grande de l'avoir commis.
d) La contrition parfaite est celle qui est inspirée par l'amour, qui a son origine dans la conscience d'avoir déplu à Celui qui est infiniment aimable.
e) La contrition n'est pas d'abord une réalité sensible: elle est une disposition de l'âme et non des sens. Elle doit être une détermination de la volonté.
f) Il nous faut aussi dorénavant rompre avec les habitudes qui conduisent au péché, fuir les occasions qui nous entraînent à le commettre et fortifier en nous le ferme propos de ne plus consentir aux tentations.
g) Un autre fruit de la contemplation de la sainte Agonie consiste à renouveler et à fortifier notre fidélité envers Notre-Seigneur.
h) Il ne peut y avoir de véritable fidélité sans amour sincère et profond.
i) La fidélité s'obtient par la prière : dans la prière on reçoit la force pour résister aux tentations "Veillez et priez...".
j) La prière doit être persévérante même si l'on éprouve de l'aridité et qu'on ne goûte pas de consolation sensible ou intellectuelle "L'esprit est ardent mais la chair est faible...".
k) Jésus nous donne l'exemple d'une prière qui est un véritable combat: l'absence de consolations sensibles rend la prière plus méritante et plus vraie, parce qu'elle est davantage dépouillée de satisfaction humaine.
l) La prière la plus pure est celle qui ne demande pas des choses pour soi-même mais qui réclame l'accomplissement de la volonté de Dieu, quoi qu'il puisse nous en coûter.
m) Notre-Seigneur nous montre aussi un sublime exemple de résignation dans l'épreuve.
n) Quels que soient les angoisses du cœur, les déchirements de l'âme ou les répulsions de la sensibilité, il faut se montrer, comme Jésus, plein de détermination et de générosité pour mettre la sainte volonté de Dieu au premier plan.
o) Ce n'est pas en nous-mêmes, mais dans le Cœur de Jésus que nous puiserons la contrition et le ferme propos, la force, la détermination et la générosité, le courage et la persévérance, l'esprit de prière et l'acquiescement à la volonté divine.



Appendice : Prière de confiance et d'abandon.

Cette prière est souvent présentée comme la prière du Père Charles de Foucauld. S'il est vrai que c'est lui qui en a rédigé les termes, il faut aussitôt apporter une précision: cet acte d'abandon à Dieu se trouve dans les méditations sur le Saint Évangile qu'il a écrites. Elle y figure non comme une prière dans laquelle il s'adresserait lui-même à Jésus, mais elle y est comme une sorte de commentaire, de développement et d'explicitation des sentiments du Christ Jésus envers son Père céleste au moment de la sainte Agonie. Cette prière exprime donc plus exactement les sentiments du divin Agonisant tels qu'il a été donné à un saint de les comprendre dans sa méditation :
« Mon Père, je m’abandonne à Vous, faites de moi ce qu’il Vous plaira. Quoique Vous fassiez de moi, je Vous remercie, je suis prêt à tout, j’accepte tout.
« Pourvu que Votre volonté se fasse en moi, en toutes vos créatures, je ne désire rien d’autre, mon Dieu !
« Je remets mon âme entre vos mains. Je Vous la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur. Parce que je Vous aime et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre Vos mains sans mesure, avec une infinie confiance, car Vous êtes mon Père. »

Deuxième partie : Le Mystère de Jésus.

Nous avons choisi de retranscrire ici des extraits de ce célèbre passage des "Pensées" de Blaise Pascal, dans lequel le drame intérieur de la sainte Agonie est remarquablement exprimé. On notera à quel point les intuitions de ce texte se rapprochent de ce que Notre-Seigneur lui-même dira du mystère de Gethsémani à Sainte Marguerite-Marie, quelques années plus tard. Malgré les archaïsmes du style, la profondeur psychologique et spirituelle de ce passage en font l'un des plus beaux de toute la littérature chrétienne.

Jésus souffre dans sa Passion les tourments que lui font les hommes; mais dans l'agonie il souffre les tourments qu'il se donne à lui-même: turbare semetipsum¹. C'est un supplice d'une main non humaine, mais toute puissante, car il faut être tout puissant pour le soutenir.
Jésus cherche quelque consolation au moins dans ses trois plus chers amis et ils dorment; il les prie de soutenir un peu avec lui, et ils le laissent avec une négligence entière, ayant si peu de compassion qu'elle ne pouvait seulement les empêcher de dormir un moment. Et Jésus était délaissé seul à la colère de Dieu.
Jésus est seul dans la terre, non seulement qui ressente et partage sa peine, mais qui la sache: le ciel et lui sont seuls dans cette connaissance.
Jésus est dans un jardin, non de délices comme le premier Adam, où il se perdit et tout le genre humain, mais dans un de supplices, où il s'est sauvé et tout le genre humain.
Il souffre cette peine et cet abandon dans l'horreur de la nuit. Je crois que Jésus ne s'est jamais plaint que cette seule fois; mais alors il se plaint comme s'il n'eût plus pu contenir sa douleur excessive: "Mon âme est triste jusqu'à la mort".
Jésus cherche de la compagnie et du soulagement de la part des hommes. Cela est unique en toute sa vie, ce me semble. Mais il n'en reçoit point, car ses disciples dorment. Jésus sera en agonie jusqu'à la fin du monde: il ne faut pas dormir pendant ce temps-là. Jésus au milieu de ce délaissement universel et de ses amis choisis pour veiller avec lui, les trouvant dormant, s'en fâche à cause du péril où ils exposent, non lui, mais eux-mêmes, et les avertit de leur propre salut et de leur bien avec une tendresse cordiale pour eux pendant leur ingratitude, et les avertit que l'esprit est prompt et la chair infirme.
Jésus, les trouvant encore dormant, sans que ni sa considération ni la leur les en eût retenus, il a la bonté de ne pas les éveiller, et les laisse dans leur repos. (...)
Jésus a prié les hommes, et n'en a pas été exaucé.
Jésus, pendant que ses disciples dormaient, a opéré leur salut. Il l'a fait à chacun des justes pendant qu'ils dormaient, et dans le néant avant leur naissance, et dans les péchés depuis leur naissance. Il ne prie qu'une fois que le calice passe et encore avec soumission, et deux fois qu'il vienne s'il le faut.
Jésus dans l'ennui.
Jésus, voyant tous ses amis endormis et tous ses ennemis vigilants, se remet tout entier à son Père. Jésus ne regarde pas dans Judas son inimitié, mais l'ordre de Dieu qu'il aime, et l'avoue, puisqu'il l'appelle ami.
Jésus s'arrache d'avec ses disciples pour entrer dans l'agonie; il faut s'arracher de ses plus proches et des plus intimes pour l'imiter.
Jésus étant dans l'agonie et dans les plus grandes peines, prions plus longtemps.
Nous implorons la miséricorde de Dieu, non afin qu'il nous laisse en paix dans nos vices, mais afin qu'il nous en délivre. (...)
Console-toi, tu ne me chercherais pas, si tu ne m'avais trouvé.
Je pensais à toi dans mon agonie, j'ai versé telles gouttes de sang pour toi. (...)
Veux-tu qu'il me coûte toujours du sang de mon humanité, sans que tu me donnes des larmes?
C'est mon affaire que ta conversion; ne crains point, et prie avec confiance comme pour moi. (...)
Je te suis plus ami que tel et tel; car j'ai fait pour toi plus qu'eux, et ils ne souffriraient pas ce que j'ai souffert de toi et ne mourraient pas pour toi dans le temps de tes infidélités et cruautés, comme j'ai fait et comme je suis prêt à faire et fais dans mes élus et au Saint-Sacrement.
Si tu connaissais tes péchés, tu perdrais cœur. (...)
Je t’aime plus ardemment que tu n'as aimé tes souillures… (...)
Je vois mon abîme d'orgueil, de curiosité, de concupiscence. Il n'y a nul rapport de moi à Dieu, ni à Jésus-Christ juste. Mais il a été fait péché par moi; tous vos fléaux sont tombés sur lui. Il est plus abominable que moi, et, loin de m'abhorrer, il se tient honoré que j'aille à lui et le secoure.
Mais il s'est guéri lui-même, et me guérira à plus forte raison. Il faut ajouter mes plaies aux siennes, et me joindre à lui, et il me sauvera en se sauvant. Mais il n'en faut pas ajouter à l'avenir…

Troisième partie : apaiser la justice de Dieu
et intercéder pour les pécheurs.


Nous donnons ici des textes ou formulaires de prières, tout à fait dans l'esprit de l'Heure Sainte, qu'on pourra utiliser à sa convenance. Les oraisons liturgiques que nous citons sont extraites du Missel Romain traditionnel.


I - Collecte de la Messe "pour demander la rémission des péchés":

Ô Dieu, qui ne rejetez personne, mais qui vous laissez fléchir avec une tendre pitié par la pénitence des pécheurs, accueillez avec bonté nos pauvres prières et répandez votre lumière dans nos cœurs, afin que nous ayons la force d'accomplir vos commandements. Nous vous le demandons par Jésus-Christ votre Fils et Notre-Seigneur, qui vit et règne avec vous dans l'unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

II - Autres oraisons, tirées de la liturgie antique du Carême:

Ô Dieu, que la faute offense et que la pénitence apaise, jetez les yeux avec bonté sur votre peuple en prière, et détournez les châtiments de votre colère que nous méritons pour nos péchés. Nous vous le demandons par Jésus-Christ... etc.

Ô Dieu, qui à l'égard de ceux qui espèrent en vous, choisissez la pitié plutôt que la colère, donnez-nous de pleurer à sa mesure le mal que nous avons commis, pour que nous méritions de trouver la consolation de votre grâce. Nous vous le demandons par Jésus-Christ... etc.²


III. Litanies du Sacré-Cœur de Jésus.

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.
Cœur de Jésus, Fils du Père éternel, ayez pitié de nous;
Cœur de Jésus, formé par le Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Mère,
Cœur de Jésus, uni substantiellement au Verbe de Dieu,
Cœur de Jésus, d'une infinie majesté,
Cœur de Jésus, temple saint de Dieu,
Cœur de Jésus, tabernacle du Très-Haut,
Cœur de Jésus, maison de Dieu et porte du ciel,
Cœur de Jésus, fournaise ardente de charité,
Cœur de Jésus, trésor de justice et d'amour,
Cœur de Jésus, plein d'amour et de bonté,
Cœur de Jésus, abîme de toutes les vertus,
Cœur de Jésus, très digne de toutes louanges,
Cœur de Jésus, roi et centre de tous les cœurs,
Cœur de Jésus, en qui sont tous les trésors de la sagesse et de la science,
Cœur de Jésus, en qui réside toute la plénitude de la divinité,
Cœur de Jésus, en qui le Père a mis toutes ses complaisances,
Cœur de Jésus, dont la plénitude se répand sur chacun de nous,
Cœur de Jésus, le désiré des collines éternelles,
Cœur de Jésus, patient et très miséricordieux,
Cœur de Jésus, riche pour tous ceux qui vous invoquent,
Cœur de Jésus, source de vie et de sainteté,
Cœur de Jésus, propitiation pour nos péchés,
Cœur de Jésus, rassasié d'opprobres,
Cœur de Jésus, broyé pour nos crimes,
Cœur de Jésus, qui vous êtes fait obéissant jusqu'à la mort,
Cœur de Jésus, percé par la lance,
Cœur de Jésus, source de toute consolation,
Cœur de Jésus, notre vie et notre résurrection,
Cœur de Jésus, notre paix et notre réconciliation,
Cœur de Jésus, victime des pécheurs,
Cœur de Jésus, salut de ceux qui espèrent en vous,
Cœur de Jésus, espérance de ceux qui meurent en vous,
Cœur de Jésus, délice de tous les saints,
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.
V. Jésus, doux et humble de cœur.
R. Rendez nos cœurs semblables au vôtre.
Prions: Dieu tout puissant et éternel, jetez un regard sur le Cœur de votre Fils bien-aimé et soyez attentif aux louanges et aux satisfactions qu'il vous offre au nom des pécheurs. A ceux qui implorent votre miséricorde, accordez avec bienveillance le pardon, au nom de ce même Jésus-Christ, votre Fils, qui, étant Dieu, vit et règne avec vous dans l'unité du Saint-Esprit dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


IV - Prière de St François-Xavier pour la conversion des infidèles

Ô Dieu éternel. Créateur de toutes choses, souvenez-vous que les âmes infidèles ont été créés à votre image et à votre ressemblance. Voici, mon Dieu, qu'à votre déshonneur l'enfer s'en remplit. N'oubliez pas que Jésus votre Fils a souffert pour leur salut la mort la plus douloureuse!
Je vous en supplie. Seigneur, ne permettez pas plus longtemps que votre Fils soit méprisé des infidèles; mais apaisé par les prières de vos saints et de la Sainte Église, Épouse de votre divin Fils, rappelez-vous votre miséricorde, et , oubliant leur idolâtrie et leur infidélité, faites qu'ils connaissent enfin, eux aussi, Celui que vous avez envoyé, Jésus-Christ, qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, par qui nous avons été sauvés et délivrés, et à qui appartient la gloire dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il."

V. Prières de réparation.

a) Ô Jésus, humblement prosterné en votre présence, je vous adore pour ceux qui refusent de vous adorer; je vous aime et je vous prie pour ceux qui refusent de vous prier et qui blasphèment. Donnez-moi la grâce et la force de réparer, par mon amour, les affronts que vous recevez par le péché. Regardez cette terre avec miséricorde et compassion: convertissez les pécheurs, ramenez les incrédules à la foi, consolez les âmes des justes qui sont dans l'épreuve et réconfortez les faibles. Que tous, d'un même accent de foi et d'amour, nous puissions dire: "Maintenant, Seigneur, nous vous suivons de tout notre cœur. Nous vous craignons et nous cherchons à nous rendre votre Face favorable."

b) Père céleste, nous vous en supplions, regardez la Face de votre Christ!
Voyez ses traits, jadis si nobles, défigurés par l'angoisse et par les affres de l'agonie; voyez les larmes qui s'échappent de ses yeux éteints; voyez la sueur dont elle est inondée et le sang qui, coulant à longs traits sur ses joues, descend jusqu'à terre!
Regardez aussi la patience invincible, la douceur sublime, la douce soumission de votre Fils agonisant: il tourne vers vous sa Face douloureuse pour implorer le pardon et le salut des pécheurs, il vous supplie en faveur de ceux qui sont la cause de ses souffrances...
Ô Père, entendez ses cris suppliants: laissez-vous toucher, et faites-nous miséricorde!


VI. Prière à Jésus agonisant.

Ô Jésus, triomphez de la dureté de mon cœur et donnez-moi d'entrer dans le mystère de votre sainte Agonie de Gethsémani. Touchez mon âme, pour qu'elle comprenne les excès de votre amour pour les pauvres pécheurs, et accordez-moi la grâce d'une véritable compassion pour m'unir le plus possible à vous-même! Ô Jésus béni, qui avez supporté cette nuit-là le poids de tous nos péchés, et qui avez payé pour eux une rançon surabondante, faites-moi le très grand don d'une parfaite contrition pour mes nombreux péchés qui vous firent suer du sang.
Ô Jésus accablé de tristesse à la vue de nos péchés, par tous vos soupirs et vos larmes de cette sainte nuit, je vous prie de me donner la grâce d'une vraie pénitence, inspirée par un amour plus fervent.
Ô Jésus, mon Sauveur, par les mérites de votre très dur combat de Gethsémani, accordez-moi de remporter une victoire complète et définitive sur les tentations, et particulièrement sur celles qui m'entraînent le plus.
Ô Jésus obéissant, au nom de ces incommensurables et indicibles luttes mortelles que vous avez soutenues en cette nuit d'angoisse, éclairez mon intelligence pour que je reconnaisse et que j'accomplisse comme vous la sainte volonté du Père!
Ô Jésus si humble, par les mérites de vos angoisses si amères, préservez mon cœur de toute forme de découragement, pour que je mène avec vous un combat plus assidu et plus persévérant.
Ô Jésus, qui avez éprouvé l'abandon et la trahison de vos proches, inspirez-moi les élans et la pratique d'une authentique réparation d'amour et un zèle plus ardent pour la conversion et le salut des pauvres pécheurs.
Ô Jésus miséricordieux, par les mérites de votre sueur de sang, pardonnez à ceux qui vous ont offensé, accordez-leur la grâce du repentir et ne les abandonnez pas dans les filets de l'adversaire: Cœur de Jésus, broyé à cause de nos péchés, faites miséricorde à tous les pécheurs!
Accordez, ô Jésus, à ceux qui invoquent les mérites infinies de votre sainte Agonie et de votre ardente prière de Gethsémani, de vous aimer toujours davantage et de bénéficier pleinement des grâces que vous avez obtenues en votre bienheureuse Passion, pour qu'ils vous rendent amour pour amour sur cette terre, et vous glorifient ensuite éternellement dans le Ciel. Ainsi soit-il.


VII. En l'honneur du très Précieux Sang.

a) Offrande:
Père éternel, je vous offre le Sang très précieux de Jésus-Christ en expiation de mes péchés et pour les besoins de la Sainte Église.

b) Invocations de Sainte Marguerite-Marie:
Ô Sang précieux, répandez-vous sur mon âme pour la sanctifier; et que l'amour qui vous a fait répandre s'embrase dans mon cœur pour le purifier!
Mon doux Jésus, j'unis mon âme à la vôtre, mon cœur et mon esprit, ma vie, mes intentions aux vôtres; et, ainsi unie, je me présente à votre Père.
Recevez-moi, ô Père éternel, par les mérites de votre divin Fils, que je vous offre avec le prêtre et toute l'Église.
Ne me regardez plus que comme cachée dans ses plaies, couverte de son Sang et chargée de ses mérites.
C'est ainsi que je me présente à vous, afin que vous ne me rejetiez pas de devant votre face, mais que vous me receviez entre les bras de votre paternelle bonté, et que vous m'accordiez la grâce du salut!


VIII. Pour ceux qui sont à l'agonie.

a) Ô très miséricordieux Jésus, qui brûlez d'un si ardent amour pour les âmes, je vous en conjure, par l'agonie de votre très saint Cœur et par les douleurs de votre Mère immaculée, purifiez dans votre Sang tous les pécheurs de la terre qui sont maintenant à l'agonie et qui, aujourd'hui même, doivent mourir.
Cœur agonisant de Jésus, ayez pitié des mourants!
b) Ô Jésus, mon Sauveur. Fils du Dieu vivant, par la douleur amère dont votre Âme sainte fut inondée sur la montagne des Oliviers, et par la crainte qui transperça alors jusqu'à votre chair sacrée, nous vous en conjurons, qu'il Vous plaise, à notre dernière heure, lorsque notre âme et notre corps seront dans les suprêmes angoisses, de nous secourir et de nous fortifier dans notre agonie. Ne nous abandonnez pas en cette extrémité. Que la vertu de vos souffrances porte la force dans notre cœur; qu'elle nous soutienne en la maladie contre le chagrin, l'impatience et le murmure de telle sorte que nous répétions votre sainte parole: "Mon Dieu, votre volonté, et non la mienne!"
Vénérable Louis de Grenade



IX. Chapelet des Saintes Plaies de Notre-Seigneur


La S. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, par un décret de 23 Mars 1999, a concédé aux Moniales de la Visitation, ainsi qu'aux personnes qui désirent prier en union avec elles, la faculté de vénérer la Passion de Notre-Seigneur avec les invocations suivantes, qui ont été révélées à la Servante de Dieu, Sœur Marie-Marthe Chambon

On commence avec les prières suivantes:
1) Ô Jésus, divin Rédempteur, soyez miséricordieux pour nous et pour le monde entier. Ainsi soit-il.
2) Dieu saint, Dieu fort, Dieu immortel, ayez pitié de nous et du monde entier. Ainsi soit-il.
3) Ô Père éternel, soyez nous miséricordieux par le Sang de Jésus-Christ, votre Fils unique; soyez-nous miséricordieux, nous vous en conjurons. Ainsi soit-il.

Cette introduction faite, on récite, en se servant de la couronne du chapelet, les invocations suivantes:
sur les petits grains (dix fois):

V.: Mon Jésus, pardon et miséricorde.
R.: Par les mérites de vos Saintes Plaies.
sur les gros grains (une fois) :

V.: Père éternel, je vous offre les Plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
R.: Pour guérir celles de nos âmes.

En terminant la couronne, on récite trois fois:
Père éternel, je vous offre les Plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ pour guérir celles de nos âmes.


X. Chapelet de la Miséricorde divine

On récite les prières suivantes sur un chapelet ordinaire.
Au début: Notre Père..., Je vous salue. Marie..., Je crois en Dieu...
Sur les gros grains (une fois):
Père éternel, je vous offre le Corps, le Sang, l'Âme et la Divinité de votre Fils bien-aimé Notre-Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.
Sur les petits grains (dix fois):
Par sa douloureuse Passion, ayez pitié de nous et du monde entier."
Pour terminer (trois fois):
Dieu saint. Dieu fort. Dieu éternel, ayez pitié de nous et du monde entier.


"Gloire à jamais au divin Cœur de Jésus"


Source : Théotime
Revenir en haut Aller en bas
Sandrine
Membre
Membre
avatar

R E L I G I O N : Catholique Romaine
Messages : 764
Date d'inscription : 07/09/2009
PAYS : Au Nord

MessageSujet: Re: HEURE SAINTE DU JEUDI   Ven 11 Sep - 0:11

III. Litanies du Sacré-Cœur de Jésus.

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.
Cœur de Jésus, Fils du Père éternel, ayez pitié de nous;
Cœur de Jésus, formé par le Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Mère,
Cœur de Jésus, uni substantiellement au Verbe de Dieu,
Cœur de Jésus, d'une infinie majesté,
Cœur de Jésus, temple saint de Dieu,
Cœur de Jésus, tabernacle du Très-Haut,
Cœur de Jésus, maison de Dieu et porte du ciel,
Cœur de Jésus, fournaise ardente de charité,
Cœur de Jésus, trésor de justice et d'amour,
Cœur de Jésus, plein d'amour et de bonté,
Cœur de Jésus, abîme de toutes les vertus,
Cœur de Jésus, très digne de toutes louanges,
Cœur de Jésus, roi et centre de tous les cœurs,
Cœur de Jésus, en qui sont tous les trésors de la sagesse et de la science,
Cœur de Jésus, en qui réside toute la plénitude de la divinité,
Cœur de Jésus, en qui le Père a mis toutes ses complaisances,
Cœur de Jésus, dont la plénitude se répand sur chacun de nous,
Cœur de Jésus, le désiré des collines éternelles,
Cœur de Jésus, patient et très miséricordieux,
Cœur de Jésus, riche pour tous ceux qui vous invoquent,
Cœur de Jésus, source de vie et de sainteté,
Cœur de Jésus, propitiation pour nos péchés,
Cœur de Jésus, rassasié d'opprobres,
Cœur de Jésus, broyé pour nos crimes,
Cœur de Jésus, qui vous êtes fait obéissant jusqu'à la mort,
Cœur de Jésus, percé par la lance,
Cœur de Jésus, source de toute consolation,
Cœur de Jésus, notre vie et notre résurrection,
Cœur de Jésus, notre paix et notre réconciliation,
Cœur de Jésus, victime des pécheurs,
Cœur de Jésus, salut de ceux qui espèrent en vous,
Cœur de Jésus, espérance de ceux qui meurent en vous,
Cœur de Jésus, délice de tous les saints,
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.
V. Jésus, doux et humble de cœur.
R. Rendez nos cœurs semblables au vôtre.
Prions: Dieu tout puissant et éternel, jetez un regard sur le Cœur de votre Fils bien-aimé et soyez attentif aux louanges et aux satisfactions qu'il vous offre au nom des pécheurs. A ceux qui implorent votre miséricorde, accordez avec bienveillance le pardon, au nom de ce même Jésus-Christ, votre Fils, qui, étant Dieu, vit et règne avec vous dans l'unité du Saint-Esprit dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


IV - Prière de St François-Xavier pour la conversion des infidèles

Ô Dieu éternel. Créateur de toutes choses, souvenez-vous que les âmes infidèles ont été créés à votre image et à votre ressemblance. Voici, mon Dieu, qu'à votre déshonneur l'enfer s'en remplit. N'oubliez pas que Jésus votre Fils a souffert pour leur salut la mort la plus douloureuse!
Je vous en supplie. Seigneur, ne permettez pas plus longtemps que votre Fils soit méprisé des infidèles; mais apaisé par les prières de vos saints et de la Sainte Église, Épouse de votre divin Fils, rappelez-vous votre miséricorde, et , oubliant leur idolâtrie et leur infidélité, faites qu'ils connaissent enfin, eux aussi, Celui que vous avez envoyé, Jésus-Christ, qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, par qui nous avons été sauvés et délivrés, et à qui appartient la gloire dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il."

V. Prières de réparation.

a) Ô Jésus, humblement prosterné en votre présence, je vous adore pour ceux qui refusent de vous adorer; je vous aime et je vous prie pour ceux qui refusent de vous prier et qui blasphèment. Donnez-moi la grâce et la force de réparer, par mon amour, les affronts que vous recevez par le péché. Regardez cette terre avec miséricorde et compassion: convertissez les pécheurs, ramenez les incrédules à la foi, consolez les âmes des justes qui sont dans l'épreuve et réconfortez les faibles. Que tous, d'un même accent de foi et d'amour, nous puissions dire: "Maintenant, Seigneur, nous vous suivons de tout notre cœur. Nous vous craignons et nous cherchons à nous rendre votre Face favorable."

b) Père céleste, nous vous en supplions, regardez la Face de votre Christ!
Voyez ses traits, jadis si nobles, défigurés par l'angoisse et par les affres de l'agonie; voyez les larmes qui s'échappent de ses yeux éteints; voyez la sueur dont elle est inondée et le sang qui, coulant à longs traits sur ses joues, descend jusqu'à terre!
Regardez aussi la patience invincible, la douceur sublime, la douce soumission de votre Fils agonisant: il tourne vers vous sa Face douloureuse pour implorer le pardon et le salut des pécheurs, il vous supplie en faveur de ceux qui sont la cause de ses souffrances...
Ô Père, entendez ses cris suppliants: laissez-vous toucher, et faites-nous miséricorde!


VI. Prière à Jésus agonisant.

Ô Jésus, triomphez de la dureté de mon cœur et donnez-moi d'entrer dans le mystère de votre sainte Agonie de Gethsémani. Touchez mon âme, pour qu'elle comprenne les excès de votre amour pour les pauvres pécheurs, et accordez-moi la grâce d'une véritable compassion pour m'unir le plus possible à vous-même! Ô Jésus béni, qui avez supporté cette nuit-là le poids de tous nos péchés, et qui avez payé pour eux une rançon surabondante, faites-moi le très grand don d'une parfaite contrition pour mes nombreux péchés qui vous firent suer du sang.
Ô Jésus accablé de tristesse à la vue de nos péchés, par tous vos soupirs et vos larmes de cette sainte nuit, je vous prie de me donner la grâce d'une vraie pénitence, inspirée par un amour plus fervent.
Ô Jésus, mon Sauveur, par les mérites de votre très dur combat de Gethsémani, accordez-moi de remporter une victoire complète et définitive sur les tentations, et particulièrement sur celles qui m'entraînent le plus.
Ô Jésus obéissant, au nom de ces incommensurables et indicibles luttes mortelles que vous avez soutenues en cette nuit d'angoisse, éclairez mon intelligence pour que je reconnaisse et que j'accomplisse comme vous la sainte volonté du Père!
Ô Jésus si humble, par les mérites de vos angoisses si amères, préservez mon cœur de toute forme de découragement, pour que je mène avec vous un combat plus assidu et plus persévérant.
Ô Jésus, qui avez éprouvé l'abandon et la trahison de vos proches, inspirez-moi les élans et la pratique d'une authentique réparation d'amour et un zèle plus ardent pour la conversion et le salut des pauvres pécheurs.
Ô Jésus miséricordieux, par les mérites de votre sueur de sang, pardonnez à ceux qui vous ont offensé, accordez-leur la grâce du repentir et ne les abandonnez pas dans les filets de l'adversaire: Cœur de Jésus, broyé à cause de nos péchés, faites miséricorde à tous les pécheurs!
Accordez, ô Jésus, à ceux qui invoquent les mérites infinies de votre sainte Agonie et de votre ardente prière de Gethsémani, de vous aimer toujours davantage et de bénéficier pleinement des grâces que vous avez obtenues en votre bienheureuse Passion, pour qu'ils vous rendent amour pour amour sur cette terre, et vous glorifient ensuite éternellement dans le Ciel. Ainsi soit-il.


VII. En l'honneur du très Précieux Sang.

a) Offrande:
Père éternel, je vous offre le Sang très précieux de Jésus-Christ en expiation de mes péchés et pour les besoins de la Sainte Église.

b) Invocations de Sainte Marguerite-Marie:
Ô Sang précieux, répandez-vous sur mon âme pour la sanctifier; et que l'amour qui vous a fait répandre s'embrase dans mon cœur pour le purifier!
Mon doux Jésus, j'unis mon âme à la vôtre, mon cœur et mon esprit, ma vie, mes intentions aux vôtres; et, ainsi unie, je me présente à votre Père.
Recevez-moi, ô Père éternel, par les mérites de votre divin Fils, que je vous offre avec le prêtre et toute l'Église.
Ne me regardez plus que comme cachée dans ses plaies, couverte de son Sang et chargée de ses mérites.
C'est ainsi que je me présente à vous, afin que vous ne me rejetiez pas de devant votre face, mais que vous me receviez entre les bras de votre paternelle bonté, et que vous m'accordiez la grâce du salut!


VIII. Pour ceux qui sont à l'agonie.

a) Ô très miséricordieux Jésus, qui brûlez d'un si ardent amour pour les âmes, je vous en conjure, par l'agonie de votre très saint Cœur et par les douleurs de votre Mère immaculée, purifiez dans votre Sang tous les pécheurs de la terre qui sont maintenant à l'agonie et qui, aujourd'hui même, doivent mourir.
Cœur agonisant de Jésus, ayez pitié des mourants!
b) Ô Jésus, mon Sauveur. Fils du Dieu vivant, par la douleur amère dont votre Âme sainte fut inondée sur la montagne des Oliviers, et par la crainte qui transperça alors jusqu'à votre chair sacrée, nous vous en conjurons, qu'il Vous plaise, à notre dernière heure, lorsque notre âme et notre corps seront dans les suprêmes angoisses, de nous secourir et de nous fortifier dans notre agonie. Ne nous abandonnez pas en cette extrémité. Que la vertu de vos souffrances porte la force dans notre cœur; qu'elle nous soutienne en la maladie contre le chagrin, l'impatience et le murmure de telle sorte que nous répétions votre sainte parole: "Mon Dieu, votre volonté, et non la mienne!"
Vénérable Louis de Grenade



IX. Chapelet des Saintes Plaies de Notre-Seigneur


La S. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, par un décret de 23 Mars 1999, a concédé aux Moniales de la Visitation, ainsi qu'aux personnes qui désirent prier en union avec elles, la faculté de vénérer la Passion de Notre-Seigneur avec les invocations suivantes, qui ont été révélées à la Servante de Dieu, Sœur Marie-Marthe Chambon

On commence avec les prières suivantes:
1) Ô Jésus, divin Rédempteur, soyez miséricordieux pour nous et pour le monde entier. Ainsi soit-il.
2) Dieu saint, Dieu fort, Dieu immortel, ayez pitié de nous et du monde entier. Ainsi soit-il.
3) Ô Père éternel, soyez nous miséricordieux par le Sang de Jésus-Christ, votre Fils unique; soyez-nous miséricordieux, nous vous en conjurons. Ainsi soit-il.

Cette introduction faite, on récite, en se servant de la couronne du chapelet, les invocations suivantes:
sur les petits grains (dix fois):

V.: Mon Jésus, pardon et miséricorde.
R.: Par les mérites de vos Saintes Plaies.
sur les gros grains (une fois) :

V.: Père éternel, je vous offre les Plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
R.: Pour guérir celles de nos âmes.

En terminant la couronne, on récite trois fois:
Père éternel, je vous offre les Plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ pour guérir celles de nos âmes.


X. Chapelet de la Miséricorde divine

On récite les prières suivantes sur un chapelet ordinaire.
Au début: Notre Père..., Je vous salue. Marie..., Je crois en Dieu...
Sur les gros grains (une fois):
Père éternel, je vous offre le Corps, le Sang, l'Âme et la Divinité de votre Fils bien-aimé Notre-Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.
Sur les petits grains (dix fois):
Par sa douloureuse Passion, ayez pitié de nous et du monde entier."
Pour terminer (trois fois):
Dieu saint. Dieu fort. Dieu éternel, ayez pitié de nous et du monde entier.


"Gloire à jamais au divin Cœur de Jésus"


Revenir en haut Aller en bas
 
HEURE SAINTE DU JEUDI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'HEURE SAINTE DU JEUDI - 1
» L'heure Sainte, de Jésus à Marguerite-Marie
» L'Heure Sainte : de Jésus à Marguerite-Marie !
» L'Heure Sainte
» Heure sainte de mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* * * Forum Catholique * * * :: La journée monastique-
Sauter vers: