* * * Forum Catholique * * *

*** Liturgie Monastique à domicile ***
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ***Forum RELIGIONS***  
* * * Bienvenus sur ce forum dédié uniquement à la prière liturgique et à l'enseignement de l'Eglise Catholique . * * *
* * * Vous êtes invités à vivre à votre domicile, les divers offices monastique * * *
Bonjour, pour un débat entre les religions vous êtes invités sur le site : * * * WWW.FORUM-RELIGIONS.COM * * *

Partagez | 
 

 MERCREDI 11/11/09

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandrine
Membre
Membre
avatar

R E L I G I O N : Catholique Romaine
Messages : 764
Date d'inscription : 07/09/2009
PAYS : Au Nord

MessageSujet: MERCREDI 11/11/09   Mar 10 Nov - 16:44

11 novembre 2009
Mercredi, 32ème semaine du Temps Ordinaire
▀ [Couleur liturgique : Blanc]
S. Martin de Tours, évêque


Hymne : Dieu que nul œil de créature
Dieu que nul oeil de créature
N'a jamais vu,
Nulle pensée jamais conçu,
Nulle parole ne peut dire,
C'est notre nuit qui t'a reçu :
Fais que son voile se déchire.

Fais que tressaille son silence
Sous ton Esprit ;
Dieu, fais en nous ce que tu dis,
Et les aveugles de naissance
Verront enfin le jour promis
Depuis la mort de ta semence.

Tu n'as pas dit que l'homme croisse
Vers son néant,
Mais tu as fait, en descendant,
Qu'il ne se heurte à son impasse :
Tu as frayé le beau tournant,
Où tout au monde n'est que grâce.

Dans le secret, tu nous prépares,
Ce qui pourra
Tenir ton jour quand tu viendras ;
C'est là, dans l'ombre de ta gloire.
Que ta clarté filtre déjà,
Et nous entrons dans ton histoire.

Sème les mots qui donnent vie,
Nous te dirons ;
Regarde-nous. et nous verrons ;
Entends Jésus qui te supplie.
Au dernier pas de création,
Viens faire l'homme eucharistie!

Antienne
Bénis le Seigneur, ô mon âme, n'oublie aucun de ses bienfaits.
Psaume : (102 - I)
1Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
2Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n'oublie aucun de ses bienfaits !

3Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
4il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d'amour et de tendresse ;
5il comble de biens tes vieux jours :
tu renouvelles, comme l'aigle, ta jeunesse.

6Le Seigneur fait oeuvre de justice,
il défend le droit des opprimés.
7Il révèle ses desseins à Moïse,
aux enfants d'Israël ses hauts faits.

Antienne
Comme est la tendresse du père pour ses fils, la tendresse du Seigneur pour qui le craint.
Psaume 102 - II
8Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d'amour ;
9il n'est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ;
10il n'agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.

11Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ;
12aussi loin qu'est l'orient de l'occident,
il met loin de nous nos péchés ;
13comme la tendresse du père pour ses fils,
la tendresse du Seigneur pour qui le craint !

14Il sait de quoi nous sommes pétris,
il se souvient que nous sommes poussière.
15L'homme ! ses jours sont comme l'herbe ;
comme la fleur des champs, il fleurit :
16dès que souffle le vent, il n'est plus,
même la place où il était l'ignore.

Antienne
Bénis le Seigneur, ô mon âme !
Psaume 102 - III
17Mais l'amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent,
est de toujours à toujours, *
et sa justice pour les enfants de leurs enfants,
18pour ceux qui gardent son alliance
et se souviennent d'accomplir ses volontés.
19Le Seigneur a son trône dans les cieux :
sa royauté s'étend sur l'univers.

20Messagers du Seigneur, bénissez-le,
invincibles porteurs de ses ordres, *
attentifs au son de sa parole !
21Bénissez-le, armées du Seigneur,
serviteurs qui exécutez ses désirs !
22Toutes les oeuvres du Seigneur, bénissez-le,
sur toute l'étendue de son empire !

Bénis le Seigneur, ô mon âme !


V/ Ouvre mes yeux à tes merveilles,
aux splendeurs de ta loi.
Lecture : Le banquet de Belshassar (Dn 5, 1-2.5-9.13-17.25-31)



LETTRE DE SULPICE SEVERE
Martin sut longtemps à l’avance qu’il allait mourir, et dit à ses frères que la disparition de son corps était imminente. Auparavant, il dut aller visiter la paroisse de Candes, car les clercs de cette Église étaient divisés et il désirait y rétablir la paix. Il n’ignorait pas qu’il était à la fin de sa vie, mais ce motif ne l’empêcha pas de partir, car il estimait que ses vertus atteindraient leur accomplissement s’il pouvait rendre la paix à cette Église. ~

Il demeura quelque temps dans ce bourg, ou plutôt dans église où il était allé. Après avoir rétabli la paix entre les clercs, alors qu’il projetait de rentrer au monastère, il sentit brusquement que ses forces l’abandonnaient. Il convoqua les frères et leur annonça qu’il allait les quitter. Alors tous furent accablés par la tristesse et la peine et se lamentèrent d’une seule voix : « Père, pourquoi nous abandonnes-tu ? À qui nous laisses-tu en faisant de nous des orphelins ? Des loups voraces vont assaillir ton troupeau. Maintenant que le pasteur est frappé, qui va nous défendre de leurs morsures ? Nous savons que tu désires rejoindre le Christ, mais tu es sûr de ta récompense et un peu de délai ne la diminuera pas. Aie plutôt pitié de nous que tu abandonnes. »

Il fut ému par ces larmes, car il avait toujours été uni au Seigneur par une très tendre miséricorde, et l’on rapporte qu’il pleura ; mais, tourné vers le Seigneur, il ne répondit à ceux qui pleuraient que cette seule parole « Seigneur, si je suis encore nécessaire à ton peuple, je ne refuse pas le travail. Que ta volonté soit faite. » ~

Quel homme au-dessus de tout éloge ! Il n’était pas vaincu par le travail, mais il ne serait pas vaincu par la mort, car il ne penchait davantage ni d’un côté ni de l’autre : il ne craignait pas de mourir, et il ne refusait pas de vivre ! ~ Il gardait les yeux et les mains levés vers le ciel, et ne permettait pas à son esprit héroïque d’abandonner la prière. Et comme les prêtres réunis autour de lui le priaient de soulager son corps en le changeant de côté : « Laissez-moi, mes frères, disait-il, laissez-moi regarder le ciel plutôt que la terre, afin que mon esprit s’oriente vers le chemin qu’il va prendre pour rejoindre le Seigneur. » Après avoir parlé ainsi, il vit que le démon se tenait près de lui : « Pourquoi restes-tu là, bête cruelle ? Tu ne peux rien attendre de moi, maudit ; le sein d’Abraham va me recevoir. »
En disant cette parole, il rendit au ciel son esprit. ~ Plein de joie, Martin est accueilli dans le sein d’Abraham, l’humble et pauvre Martin entre au ciel comblé de richesses.




R/ Heureux l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur.

Sois fort et tiens bon,
que le livre de la loi
soit toujours sur tes lèvres.

Sois sans crainte ni frayeur :
le Seigneur ton Dieu
est avec toi partout où tu iras !

Vous tous, disciples du Seigneur,
fortifiez-vous
dans la grâce du Seigneur Jésus !
Revenir en haut Aller en bas
Sandrine
Membre
Membre
avatar

R E L I G I O N : Catholique Romaine
Messages : 764
Date d'inscription : 07/09/2009
PAYS : Au Nord

MessageSujet: Re: MERCREDI 11/11/09   Mar 10 Nov - 21:43

8Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d'amour ;
9il n'est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ;
10il n'agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.


A M E N
Revenir en haut Aller en bas
 
MERCREDI 11/11/09
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mercredi 13 octobre
» citation du mercredi
» Mercredi des Cendres Entré en Carême, commentaire de jour "C'est maintenant le jour favorable,..."
» Évangile et Méditation du Mercredi 6 février 2008
» Mercredi 17 Novembre 2010 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* * * Forum Catholique * * * :: Les offices monastique :: Office des Complies-
Sauter vers: